TD9: Enigme de MU: Définitions inductives de prédicats et analyse par cas

TD9 : Définitions inductives de prédicats et analyse par cas

M1 Informatique - Preuves Assistées par Ordinateur

Pierre Letouzey (d’après A. Miquel)

L’énigme de MU (Hofstadter 1986)

Sur l’alphabet à trois lettres {M;I;U}, on considère le langage L défini à partir de l’axiome et des règles suivantes:

  • Axiome: MI ∈ L
  • Règle 1: Si xI ∈ L, alors xIU ∈ L (avec x ∈ {M;I;U}*)
  • Règle 2: Si Mx ∈ L, alors Mxx ∈ L (avec x ∈ {M;I;U}*)
  • Règle 3: Si xIIIy ∈ L, alors xUy ∈ L (avec x,y ∈ {M;I;U}*)
  • Règle 4: Si xUUy ∈ L, alors xy ∈ L (avec x,y ∈ {M;I;U}*)

La question est alors de savoir si le mot MU fait partie du langage L ou non.

Modélisation en Coq

On se propose de formaliser ce problème en Coq. Pour cela, on introduit les définitions suivantes :

Require Import List.
Import ListNotations.

Inductive alpha := M | I | U.

Definition word := list alpha.

Inductive lang : word -> Prop :=
| axiom : lang [M;I]
| rule1 x : lang (x ++ [I]) -> lang (x ++ [I;U])
| rule2 x : lang ([M] ++ x) -> lang ([M] ++ x ++ x)
| rule3 x y : lang (x ++ [I;I;I] ++ y) -> lang (x ++ [U] ++ y)
| rule4 x y : lang (x ++ [U;U] ++ y) -> lang (x ++ y).

Un mot sur l’alphabet {M;U;I} est donc représenté en Coq par une liste de lettres. Par exemple, le mot MI correspond ainsi à la liste [M;I], cette syntaxe étant un raccourci pour M::I::nil, lui même correspondant à cons M (cons I nil). Et la concaténation de mots est ici la concaténation de listes ++ (nommée app en Coq). Pour plus d’explications sur le type des listes, revoir le TD6. Enfin, l’appartenance au langage L est modélisé en Coq sous la forme du prédicat lang : word->Prop.

1. Comme échauffement, montrer en Coq que tous les mots du langage L commencent par la lettre M.

Attention, il y a au moins deux formulations Coq possibles possibles pour cet énoncé (en utilisant exists ou match), prouver la plus facile, puis l’autre par équivalence.


Theorem beginning_M_match: forall w: word, lang w ->
                                      (match w with
                                         | [] => False
                                         | x :: l => x = M
                                      end).
Proof.
  intros.
  induction H.
  - reflexivity.
  - destruct x; now simpl in *.
  - destruct x; now simpl in *.
  - destruct x; now simpl in *.
  - destruct x; now simpl in *.
Qed.


Theorem beginning_M_exists: forall w: word, lang w -> exists w': word, w = [M] ++ w'.
Proof.
  intros.
  assert (H' := beginning_M_match w).
  apply H' in H.
  destruct w.
  contradiction.
  exists w.
  simpl.
  now rewrite H.
Qed.

Arithmétique ternaire

On cherche maintenant à établir que tous les mots du langage ont un nombre d’occurrences de la lettre I qui n’est pas un multiple de trois. Pour cela, on formalise d’abord l’arithmétique modulo 3 en Coq à partir de la définition inductive suivante:

Inductive Z3 := Z0 | Z1 | Z2.

1. Définir les fonctions succ:Z3->Z3 et add:Z3->Z3->Z3 qui implémentent le successeur et l’addition modulo 3.

Ajouter une notation pour add via Infix "+" := add.

Fixpoint succ (n : Z3) : Z3 :=
match n with
  | Z0 => Z1
  | Z1 => Z2
  | Z2 => Z0
end.

Fixpoint add (n : Z3) : Z3 -> Z3 :=
match n with
  | Z0 => (fun m => m)
  | Z1 => succ
  | Z2 => (fun m => succ (succ m))
end.

Infix "+" := add.

2. Montrer que add est commutative, associative, et qu’elle admet Z0 pour élément neutre.

3. Montrer que pour tout z:Z3, on a z<>Z0 -> z+z <> Z0

4. Définir une fonction occurI3 : word -> Z3 qu à chaque mot w:word associe le nombre d’occurrences de la lettre I modulo 3 dans w.

5. Montrer que pour tous mots v et w on a occurI3 (v ++ w) = (occurI3 v)+(occurI3 w).

6. Montrer que pour tout mot w dans le langage L, on a occurI3 w <> Z0.

7. En déduire que ~(lang [M;U]).

Tactiques utiles: induction, inversion, destruct, discriminate, injection.

head: list A -> A -> A

head2: list A -> option A

Inductive Head (A: Type): list A -> A -> Prop :=
    Hd: forall w x, Head (x::w) x

Head l x := exists w, l = x :: w
Inductive ord : Type :=
| 0o : ord
| So : ord -> ord
| Lim : (nat -> ord) -> ord

inj_nat n := match n with
| 0 => 0o
| S x => So (inj_nat n)

ω = Lim (inj_nat)

Leave a Comment